DÉFINITION INFILTROMETRIE:

Le test d'infiltrométrie (Blower-door test, en Anglais) se disant aussi test de perméabilité à l'air, permet de mesurer la quantité d'air rentrant dans un bâtiment et de situer les fuites d'air. Grâce à ce test, on peut connaître la quantité d'air qui entre dans l'habitat en dehors des systèmes de ventilation et connaître les endroits à colmater pour supprimer les infiltrations d'air parasites.

Pour effectuer le test, on utilise un équipement de test appelé infiltromètre, que l'on place généralement à l'entrée du bâtiment. Cet appareil est équipé d'un ventilateur et le plus souvent d'une toile de nylon permettant d'étanchéifier la porte d'entrée en ne laissant passer l'air qu'au travers du ventilateur.

LES ENJEUX DE LA PERMÉABILITÉ À L’AIR EN RT2012


Assurer un bon niveau d’étanchéité à l’air pour un bâtiment en RT2012 (BBC RT2005 ou Effinergie+,...), c’est être capable de maîtriser les flux d’air qui circulent à travers des orifices volontaires (bouches de ventilation et entrées d’air) et limiter les flux incontrôlés, qui peuvent être sources de pathologies, d’inconfort et de gaspillage d’énergie. Il ne s’agit en aucun cas de confiner les occupants dans un « sac plastique », mais au contraire de leur procurer de l’air de qualité en quantité suffisante mais sans excès.


On peut distinguer cinq enjeux principaux liés à l’étanchéité à l’air :

- L’hygiène et la santé – la qualité de l’air intérieur
- Le confort thermique et acoustique des occupants ;
- La facture énergétique ;
- La conservation du bâti ;
- La sécurité des personnes à proximité de sites industriels.


OÙ SONT LES FUITES D'AIR ?


 D’après des essais réalisés dans un grand nombre de logements, l’existence de nombreuses sources d’infiltration se justifie par trois
motifs principaux :

 - Les parois modernes sont souvent multicouches ;
 - Sur certains systèmes constructifs, le risque de fuites est important et les études de conception sont insuffisantes ;
 - Le calfeutrement fait rarement l'objet d'une attention particulière au niveau de la commande, des études, du suivi et de la réception des
travaux.


 Dans un bâtiment, les fuites d'air sont réparties de manière diffuse et il en suffit de peu pour dégrader considérablement ses performances. Il est donc quasiment impossible de juger de l’étanchéité à l’air d’un bâtiment par simple inspection visuelle. C’est pourquoi les mesures in situ sont incontournables si l’on souhaite connaître la perméabilité à l'air d’un bâtiment.


Les motifs étant souvent les mêmes, la localisation des infiltrations d'air varie peu, elle aussi. A partir des données collectées grâce à différentes campagnes de mesures, quatre grandes catégories de points faibles ont été répertoriées. Les infiltrations se situent principalement au niveau des :
Liaisons façades et planchers
Liaison mur / dalle sur terre plein, liaison mur / dalle ou plancher en partie courante…
Menuiseries extérieures
Seuil de porte palière, seuil de porte fenêtre, liaison mur / fenêtre au niveau du linteau...
Équipements électriques
Interrupteurs sur paroi extérieure, prises de courant sur paroi extérieure…
Trappes et les éléments traversant les parois
Trappe d’accès aux combles, trappe d’accès aux gaines techniques…

Voir quelques photos de recherche de fuites d'air pour mieux comprendre.



MESURE DE LA PERMÉABILITÉ À L’AIR ET DÉTECTION DE FUITES


Obturation des orifices de la VMC

 L’objectif est de quantifier uniquement les fuites d’air non maîtrisées. C’est la raison pour laquelle les orifices volontaires (bouches de sorties et entrées d’air) sont colmatés à l’aide de rubans adhésifs imperméables à l’air et/ou de film polyéthylène. Cependant, dans certaines situations, un élément constitutif de l’enveloppe peut être colmaté puis dé-colmaté (trappe, menuiserie, appareillage électrique, …) de manière à pouvoir quantifier la contribution de cet élément sur la performance globale de l’enveloppe.

Test d'Infiltrométrie en vidéo


Mise en place de la fausse porte Blower Door et de son ventilateur.

Le principe consiste à remplacer un des ouvrants de l’enveloppe par un dispositif parfaitement étanche, comportant une ouverture connectée à un ventilateur de vitesse variable. Généralement, la porte d’entrée du logement est choisie pour cette technique. On la remplace par une «fausse porte » étanche et adaptable aux différentes dimensions. Le rôle du ventilateur à vitesse variable est d’extraire des volumes d’air connus. Il comporte des diaphragmes permettant de réguler le débit d’air extrait et crée des différences de pression. Un minimum de 50 Pa est recommandé pour effectuer les mesures.

Dispositifs de mesure


 Le dispositif de mesure utilisé est composé :

 - d’un capteur différentiel de pression qui permet de mesurer la différence de pression créée par le ventilateur à travers l’enveloppe du bâtiment ;

 - d’un débitmètre qui mesure le débit d’air traversant le ventilateur ;

 - d’un micro-ordinateur équipé d’un logiciel permettant d’automatiser les mesures et d’afficher les résultats.




Détection des points de fuite d'air


La thermographie infrarouge permet de déterminer et visualiser les températures des parois. Couplée à une dépressurisation du local, la thermographie permet de visualiser localement des infiltrations d’air froid à travers l’enveloppe d’un bâtiment. Lorsque le bâtiment est en
dépression et que l’écart de température avec l’extérieur est suffisant (supérieur à 10°C environ), les infiltrations d’air à travers l’enveloppe
refroidissent les parois intérieures. Il est alors possible de localiser ponctuellement les zones refroidies anormalement par les infiltrations d’air à travers l’enveloppe. Il faut toutefois rester attentif lors de l’analyse des résultats. En effet, les défauts d’isolation de l’enveloppe
(ponts thermiques, absence d’isolation thermique) sont également mis en évidence par la thermographie infrarouge.

- Par poire à fumée
Une manière beaucoup moins coûteuse de détecter les infiltrations d’air consiste à observer à l’aide de fumées visibles, les écoulements aérauliques lorsque le bâtiment est dépressurisé. Pour cela, des poires à fumée vendues dans le commerce sont couramment utilisées.


- À la main
Il est possible de repérer les points de fuite de manière sensitive. En effet, la mise en dépression est suffisamment importante pour qu’on puisse repérer les infiltrations d’air parasites en passant simplement la main devant.



Mesure du débit de fuite

  Avant chaque mesure, des données météorologiques nécessaires aux calculs sont relevées (température, vitesse du vent). Pour effectuer l’essai de perméabilité à l'air (infiltrométrie), la vitesse du ventilateur Blower Door est augmentée par paliers de 10 Pa environ, depuis 10 Pa jusqu’à 60 Pa environ.

 A chaque palier, les pressions indiquées par le manomètre sont relevées en conditions stationnaires. On mesure simultanément les différences de pression entre l'intérieur (a) et l'extérieur (b) et le débit afin d'obtenir une série de couples {débits / dépressions}.

 De ces relevés découlent des résultats comme:
 - Perméabilité à l'air du bâtiment sous 4Pa: Q4pa-surf (m³/h)/m² 
 - Taux de renouvellement d'air à la pression de référence: n50 (1/h)