DÉFINITION:

Pont thermique sous l'appui de fenêtreL'AFNOR définit la thermographie comme la « technique permettant d'obtenir, au moyen d'un appareillage approprié, l'image thermique d'une scène observée dans un domaine spectral de l'infrarouge ».

fr.wikipedia.org/wiki/Thermographie

Pour faire simple, la thermographie permet de détecter les défauts thermiques que votre œil ne sait voir. Pour cela, on utilise une caméra dite caméra infrarouge.

LE BESOIN

Depuis plus de 25 ans, EDF - initiateur du chauffage électrique et des premières règles en matière d’isolation des logements - ainsi que les différents acteurs de la construction, cherchent à minimiser les déperditions thermiques des bâtiments chauffés. Tant pour des considérations d’économies d’énergie que pour la pérennité du bâti, l’isolation thermique et la maîtrise du renouvellement d’air sont devenus un passage obligé.

Fuite thermique et humidité sur le bas du portail.Plusieurs méthodes sont à notre disposition pour évaluer ou mesurer la performance thermique d’un bâtiment : expertise visuelle, instrumentation in situ plus ou moins lourde et sur une période plus ou moins longue, simulations, inspection par thermographie infrarouge... Bien entendu, chacune de ces méthodes a ses avantages et ses inconvénients. Elles sont souvent menées en complémentarité.

 La thermographie infrarouge est un moyen souple, rapide, efficace, (voire « magique » pour les non initiés), non perturbateur et relativement facile à mettre en œuvre pour détecter certaines causes de surconsommation de chauffage dans un logement. 

La thermographie s’applique à la détection de défauts thermiques dans les enveloppes des bâtiments mais aussi à l’expertise du fonctionnement des systèmes : ventilation, systèmes de chauffage (électrique en particulier), Eau Chaude Sanitaire, installations électriques...

Cette application concerne tous types de bâtiments ; l’habitat individuel et collectif, mais aussi les bâtiments tertiaires et industriels et ce quelle que soit l’énergie assurant leur chauffage. Les principaux défauts thermiques détectables se classent en deux grandes catégories : les ponts
thermiques et les fuites aérauliques :

  • ponts thermiques structurels ;
  • absence d’isolant ;
  • mauvaise mise en œuvre des isolants lors de la construction ;
  • dégradation ou affaissement d’isolant au cours du temps ;
  • infiltration d’air en périphérie des ouvertures, des coffrages, des gaines techniques...

METHODE DE TRAVAIL

Porte ancienne non isolé, de grosses pertes énergétiquesSur le terrain, la recherche des défauts thermiques s’effectue en deux phases : inspection de l’enveloppe par l’extérieur, puis recherche de la nature et de l’emplacement des défauts dans les pièces, de l’intérieur du bâtiment. Chacune de ces phases implique des conditions d’environnement
et opératoires spécifiques. Il est donc indispensable de bien les apprécier et prendre en compte les différents paramètres d’influence. Les températures des bâtiments (environ de - 10° C à + 25° C) sont des températures faibles. Les appareils doivent donc fournir des images thermiques de scènes thermiques à ces températures.

La présence du soleil rend plus délicates, voire impossibles, les observations des faces ensoleillées, du fait de la réflexion du rayonnement solaire et des ombres portées et du fait de l’échauffement plus ou moins partiel des structures. Contrairement à la situation en intérieur, cette source chaude ne peut être masquée temporairement.

La méthodologie implique, dans son principe, l’intervention par temps couvert et en l’absence de précipitations sur les murs lors de l’observation par l’extérieur. L’intervention de jour est cependant nécessaire pour la prise de photos classiques. La présence de vent minimise les écarts de température en surface des structures.

CONCLUSION

Aujourd’hui, les caméras thermiques se présentent sous une forme banalisée masquant la grande complexité de la physique et de la technologie en jeu. Un enfant pourrait « prendre » un thermogramme, mais celui-ci serait inutilisable donc inutile si l’on ne maîtrise pas la mise en œuvre globale de l’application et de la technique thermographique pour l’application.
La formation de l’opérateur à un minimum de connaissance des rayonnements est indispensable. Puis, le temps nécessaire à l’acquisition de sa propre expérience avec une pratique régulière est incontournable pour une utilisation méthodique et une analyse pertinente des images thermiques
et l’interprétation des thermogrammes.

Cette partie « humaine » représente peut être l’investissement le plus coûteux dans la chaîne de mesure par thermographie...